newsletternewsletter
Follow us on Facebook → facebook

Ever-expanding boundaries of Belgian euthanasia.

Teaser de 3min 44sec avec Etienne Montero, Benoît Beuselinck et Michel Ghins

Mercatornet

Une majorité de Français estiment que la GPA risque d’avoir des conséquences psychologiques négatives sur la mère et sur l’enfant.

A l’occasion de la journée d’alerte sur le scandale de la GPA (Gestation Par Autrui), La Manif Pour Tous publie les résultats d’un sondage exclusif Opinion Way réalisé du 3 au 5 mai. Ce sondage porte sur les raisons de l’opposition à la GPA, qui est une nouvelle forme d’esclavage pour qu’elle revient à louer et acheter des êtres humains.

La manif pour tous

KTO TV reste finalement dans l’offre de Proximus TV

Surprise, ce lundi. Alors que Proximus TV avait annoncé le retrait de la chaîne KTO TV de son offre « pour des raisons économiques et techniques » dès le 30 avril prochain, il n’en sera finalement rien.

Le Soir

 

2000 participants à la Marche pour la vie !

Nouveau succès pour 7ème édition de la Marche pour la vie. 2000 personnes – dont une grande proportion de jeunes – ont marché ce dimanche pour le respect de la vie de tous, en particulier des plus fragiles d’entre nous, et contre toute extension des conditions d’accès à l’avortement et à l’euthanasie.

Infos, photos et vidéos

Sur Facebook

Sur le site de March for Life

Dimanche 17 avril Marche pour la vie à 15h au Mont des Arts. Bruxelles

marchforlife2016FR

Il y a urgence à manifester en masse pour le droit à la vie pour tous et la protection des plus faibles dans un pays où les violations du respect dû à la vie humaine ne cessent d’augmenter.

L’avortement est à présent considéré comme un droit des femmes (alors qu’il est seulement dépénalisé dans certains cas précis) et certains veulent en faire un droit humain fondamental. Il ne s’agit pas de nier l’existence de cas particulièrement difficiles, mais peut-on refuser à l’enfant à naître le droit fondamental à la vie tel qu’il est stipulé par la Déclaration universelle des droits de l’homme ? La meilleure réponse à une grossesse non désirée est-elle nécessairement l’avortement ? Ne vaut-il pas mieux développer une attitude d’accueil et un accompagnement adéquat qui permettrait aux femmes en difficulté de garder leur enfant ?

Du côté de l’euthanasie, là aussi nous ne pouvons que constater l’extension de cette pratique. Dans les faits, le nombre d’euthanasies déclarées est en progression forte et constante. Sur le plan légal, après l’élargissement de l’accès de l’euthanasie aux enfants (sans limite d’âge), des propositions de loi ont été déposées pour retirer aux institutions (hôpitaux, maisons de repos etc.) la liberté de refuser de la pratiquer en leurs murs. De plus, certains veulent autoriser l’euthanasie de personnes qui n’auraient plus conscience d’elles-mêmes, les personnes démentes alors qu’elles sont tout à fait incapables de donner un consentement éclairé à ce qu’on mette fin à leurs jours. Enfin, des propositions de loi visent à rendre illimitée la validité de la déclaration anticipée (actuellement égale à 5 ans) dans laquelle un patient souhaite avoir accès à l’euthanasie dans les conditions de la loi dans l’éventualité où il ne serait plus capable d’exprimer sa volonté. La meilleure réponse à une demande d’euthanasie n’est-elle pas la lutte contre la souffrance, l’écoute, l’empathie et l’accompagnement spirituel ?

Le minimum que nous puissions faire à l’égard de nos frères et sœurs humains c’est de respecter leur vie. Bien sûr, cela ne suffit pas. La solidarité et la fraternité en sont des compléments indispensables. Mais une société qui ne respecte pas la vie d’autrui est une société qui engendre la violence, aussi bien en son sein, qu’en dehors d’elle.

Pour toutes ces raisons, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser et de marcher pour la vie, ce dimanche 17 avril ! Venez très nombreux avec vos parents, enfants, petits-enfants, amis etc. pour défendre le droit fondamental à la vie, un droit dont tous les autres dépendent !

Pour plus d’infos

http://marchforlife.be/

Facebook : https://www.facebook.com/March4LifeBrussels/
 

Mères porteuses : ce qu’on ne dit pas

Dans le magazine ELLE.
Des témoignages interpellants sur la gestation pour autrui

Si le point de vue des mères porteuses n’est que rarement exprimé ou entendu, c’est parce qu’il est dérangeant pour les partisans de la loi, qui ont intérêt à montrer que, en prenant toutes les précautions, tout se passe bien. La preuve ? Même Geneviève Delaisi de Parseval écrit en tout petit dans une note en bas de page dans son dernier livre « Famille à tout prix » : « Un don de maternité n’est pas neutre dans la vie des sujets qui le font : ils ont souvent un enfnt supplémentaire après le don… On devrait peut-être regarder à deux fois avant de solliciter des individus en mettant en avant la seule immédiateté d’un acte généreux sans se préoccuper d’aucune façon de la suite… »
« C’est très difficile à assumer pour ces femmes, met en garde Nathalie Forman, directrice d’une clinique londonienne spécialiste de la Fiv, qui voit défiler les mères porteuses et pourtant favorable à cette pratique. C’est très long, elles ne peuvent pas revenir en arrière, certaines grossesses se passent mal, et être malade, souffrir dans son corps pour quelqu’un d’autre, c’est très difficile. »

En France, le célèbre médecin spécialiste de la stérilité René Frydman est vigoureusement contre et le fait savoir. Il pose cette question grave : « N’est-ce pas la forme majeure d’aliénation du corps de la femme ? La principale motivation est et restera une motivation économique liée ou non à une réparation psychique, consciente ou non, qu’il paraît douteux d’encourager. » Dès qu’on passe un peu de temps sur les forums Internet, on trouve aussi des messages comme celui de Petit-Coeur, de Bourgneuf : « J’ai renoncé, c’était trop risqué et trop de parents potentiels n’ont aucune considération pour nous. Ils nous prennent pour des machines à reproduire. »

« Elle »

 

Pour un vrai pluralisme dans les médias : signez la pétition pour le maintien de la diffusion de KTO TV par PROXIMUS.

PROXIMUS vient de décider de ne plus diffuser les émissions de la chaîne catholique francophone KTO TV.
La Libre

En tant qu’association pluraliste (voyez la liste des membres de notre Comité de soutien sur notre site), Action pour la famille défend la présence d’une large diversité d’opinions dans les médias. C’est pourquoi nous vous recommandons de signer maintenant la pétition adressée au premier ministre Charles Michel pour le maintien de la diffusion de KTO TV par PROXIMUS.

Pour signer cliquez ICI

L’Etat belge est actionnaire majoritaire de PROXIMUS. La laïcité de l’Etat implique sa neutralité par rapport aux différentes croyances religieuses et séculières, comme celle de la laïcité organisée en Belgique. (La laïcité organisée n’est pas neutre : elle promeut une certaine conception de la société, parmi d’autres.) L’Etat fédéral a l’obligation de garantir la liberté d’expression et le pluralisme médiatique. Si PROXIMUS ne revient pas sur sa décision, nous lancerons un appel au Boycott de PROXIMUS.

En trois jours la pétition a recueilli plus de 13 000 signatures.

 

Rejet du rapport présenté par Petra De Sutter par 16 voix contre 15 !

Ce 15 mars la Commission des affaires sociales et de la santé de l’Assemblée du Conseil de l’Europe a REJETE par 16 voix contre 15 le rapport présenté par Petra De Sutter « Les droits humains et questions éthiques liées à la Gestation Pour Autrui ». Ce rapport défendait l’encadrement légal de la GPA soi-disant non-commerciale (alors qu’elle l’est toujours).

Une manifestation s’est tenue ce matin devant le siège de cette Commission.

C’est une belle victoire en faveur du respect des femmes et des enfants ! La mobilisation continue pour une interdiction mondiale de la GPA !

La « gestation pour autrui » en débat

Interview de Dominique Folscheid. Philosophe, Université Paris-Est

La définition de la « gestation pour autrui », désormais siglée « GPA », est la plus simple qui soit. Quelle que soit la situation des demandeurs — couples mariés ou pas, hétérosexuels ou homosexuels, ou personnes isolées —, il s’agit dans tous les cas de charger une femme, à titre onéreux ou gratuit, de recueillir en son sein, jusqu’à sa naissance, un embryon étranger préalablement conçu in vitro.

Au point de vue strictement technique, la GPA ne pose aucun problème particulier. Alors qu’elle soulève une montagne de difficultés au niveau psychologique, psychique, symbolique, juridique, social, éthique, et pour finir politique. Mais les États récalcitrants sont soumis à de telles pressions qu’ils mènent peut-être un combat d’arrière-garde.

Comment en est-on arrivé là ? Et pourquoi avoir remplacé la « mère porteuse » par la « gestation pour autrui » pour finir avec le sigle « GPA » ? Pour masquer une révolution anthropologique ?

La GPA : un avatar de la PMA

bioethique.com

En Italie, un homme politique recourt à la GPA, malgré la loi

Même si la loi italienne avait autorisé l’adoption pour les couples de même sexe, Nicola Vendola et son compagnon auraient rencontré plusieurs obstacles : il y a peu d’enfants à adopter, la liste d’attente pour les parents est longue, et Nichi Vendola avance en âge (57 ans).

Ce dernier a donc décidé « d’aller au Canada pour louer le ventre d’une femme et acheter les ovules d’une autre ». Par-là, « il renvoie un terrible message à la société : il ne se soucie ni des implications morales de ses actions, ni de ce que la loi dit ».

Genetique

Le droit à une enfance. Une opinion de Marie-Eve Lapy-Tries

Maman de trois jeunes enfants, j’ai appris comme tout le monde dans la presse que des associations de parents, dont la LIGUE DES FAMILLES, réclamaient de porter le temps d’école jusque 17 h, voire 19 h.
Je ne me sens pas du tout représentée par ces associations de parents et souhaiterais faire entendre la voix des autres parents, ceux pour qui une relation personnelle avec leur enfant est importante.

Le Vif

 

Le Department of reproductive medecine de l’Université de Gand collabore officiellement avec la clinique indienne Seeds of Innocence

Le Department of reproductive medecine de l’Université de Gand, dirigé par la sénatrice PETRA DE SUTTER (GROEN!) collabore officiellement avec la clinique indienne Seeds of Innocence http://www.seedsofinnocence.com/
qui pratique la gestation pour autrui (GPA) : voici l’annonce qui se trouve sur le site de la clinique indienne.

home2

La sénatrice Petra De Sutter, qui est aussi gynécologue, défend la légalisation de la GPA en Belgique, déjà pratiquée par le département qu’elle dirige à l’Université de Gand. Malgré que le Dr. Petra De Sutter soit à la fois juge et partie, elle présentera un rapport en faveur de la GPA lors de la prochaine réunion du Comité des affaires sociales du Conseil de l’Europe le 15 mars prochain.

Une MANIFESTATION pour l’abolition internationale de la GPA aura lieu à Paris le 15 mars de 8h30 à 9h30 le matin, devant le bureau du Conseil de l’Europe, 55 Av. Kléber (Metro Boissière).

Le Conseil de l’Europe promeut-il la GPA commerciale ?

Le 15 mars, à huis clos, la Commission des questions sociales de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe votera le rapport « Droits humains et questions éthiques liées à la gestation pour autrui ».

L’auteure du rapport, Madame Petra De Sutter est sénatrice, médecin gynécologue et travaille avec des mères porteuses en Belgique, où la maternité de substitution est tolérée et considérée comme éthique, car les mères porteuses ne sont pas rémunérées pour leurs services reproductifs. Madame Petra De Sutter milite également pour la légalisation de la « gestation pour autrui ».

Malgré cela, en janvier, la Commission « a décidé (par un vote à main levée) de ne pas procéder à un vote sur la possibilité de démettre la rapporteure de ses fonctions (article 3 conjugué à l’article 1.1.1. du Code de conduite des rapporteurs) » (cf. Carnet de bord). Autrement dit, la Commission ne veut pas demander explicitement à ses membres si la rapporteure se trouve en conflit d’intérêts. Pourquoi?

Huffington Post. Ana-Luana Stoicea-Deram